Analyse

TSA

Caitlin Drouillard, Conseillère Senior

Résumé

Alors qu’il ne lui reste qu’une année à son mandat de premier ministre du Québec, François Legault a tracé une voie vers les élections provinciales de 2022 dans un discours d’ouverture présenté à l’Assemblée nationale à Québec hier après-midi. Pour le gouvernement de la CAQ, le discours signale un recalibrage important dans le sillage de la pandémie, c’est une vision prospective qui cherche à positionner la province sur une trajectoire vers la prospérité, la croissance propre et la cohésion nationale.

Détails du discours

La vision du premier ministre pour le Québec s’articule autour de la nécessité de consolider les avancées réalisées pendant la pandémie, de réparer ce qui est dysfonctionnel et de saisir les opportunités à venir.

Le système de santé provincial

La pandémie a mis en lumière les défis auxquels est confronté le système de santé provincial dans son ensemble et le premier ministre Legault n’a pas hésité à reconnaître que la province doit agir pour assurer la viabilité continue de la prestation des soins de santé publics dans toute la province. Cela inclut les soins aux personnes âgées et la gestion des CHSLD (Centres d’hébergement et de soins de longue durée). Le gouvernement du Québec doit engager à bâtir et à renforcer le système de santé public de la province. Le premier ministre Legault a souligné qu’en tant que province, le Québec ne doit pas dépendre d’organismes privés pour la gestion des ressources dans le secteur de la santé.

Dans les mois à venir, le gouvernement du Québec annoncera des changements dans la gestion des ressources du secteur public de la santé, notamment la décentralisation des bases de données et de la prestation des services vers les régions et les sous-régions de la province. Cela signifie également l’amélioration des conditions des travailleurs de la santé, l’embauche d’un plus grand nombre de travailleurs de la santé et des mesures incitatives pour les étudiants qui se préparent pour assumer un rôle dans le système de santé provincial. Le premier ministre Legault a fait référence à la conclusion récente d’une entente importante avec les spécialistes à l’échelle de la province, et a fermement demandé aux médecins de famille de faire leur part pour s’adapter aux changements.

D’autres changements seront apportés au système de soins de santé de la province :

  • La poursuite et l’amélioration de la prestation de services de soins de santé numériques, comme la télémédecine et les consultations numériques.
  • La publication par la commissaire de la santé et du bien-être de recommandations concrètes sur la meilleure façon d’aborder les soins à domicile pour une population vieillissante.
  • L’offre d’une citoyenneté numérique, qui permettra aux Québécois d’accéder facilement aux services en ligne.

Pour relever les défis provinciaux en matière de soins de santé, il faudra la coopération d’une multitude d’intervenants dans le domaine de la santé et du gouvernement, et le premier ministre a clairement indiqué que l’amélioration des soins de santé pour les citoyens du Québec était une priorité absolue. On s’attend à ce qu’un projet de loi important soit déposé dans les mois à venir, qui décrira comment le gouvernement prévoit examiner et traiter les fonctions du réseau de santé dans la province.

La jeunesse

Le premier ministre a fait un certain nombre d’annonces consacrées à l’amélioration du bien-être des enfants et des jeunes, tout en reconnaissant le travail qui est souvent assumé par les femmes :

  • Dans les prochains jours, le gouvernement du Québec dévoilera un plan d’action visant à combler les 37 000 postes à pourvoir afin de répondre à la demande de services de garde publics.
  • Au cours des prochains mois, le gouvernement du Québec dévoilera un plan d’action pour lutter contre les problèmes de santé mentale vécus par les jeunes.
  • Le gouvernement du Québec mettra également en œuvre davantage de recommandations de la Commission Laurent, qui a enquêté sur les lacunes des services de protection de la jeunesse.
  • Les éducateurs en garderie, les infirmières et les enseignants peuvent s’attendre à une augmentation de salaire.

Le premier ministre Legault a également mentionné le fait que 82 % des élèves quittent l’école avec un diplôme ou un certificat au Québec, et que la province visera un nouvel objectif de 90 %. Cela s’accompagnera d’investissements importants dans l’éducation et d’une intégration stratégique de l’apprentissage dans l’enseignement.

Une économie autonome et le Québec comme pôle d’énergie verte

Le premier ministre Legault a mentionné à plusieurs reprises le fait que les entreprises québécoises ont été en mesure de faire pivoter leurs activités pour répondre aux besoins urgents de la chaîne d’approvisionnement au cours de la pandémie. Il a également applaudi les Québécois pour avoir fait leur part en soutenant consciemment les entreprises québécoises. Les engagements suivants ont été pris pour relancer et sauvegarder l’économie de la province :

  • Au cours des prochains mois, une vaste campagne visant à promouvoir les produits et services fabriqués ou livrés au Québec sera dévoilée.
  • Dans le but de solidifier les chaînes d’approvisionnement nationales, le gouvernement du Québec annoncera des initiatives de soutien aux entreprises québécoises qui sont prêtes à remplacer leurs activités de production à l’étranger.
  • Des initiatives de soutien seront également dévoilées pour aider les organisations à former et à retenir les talents.
  • Soutenir les initiatives de R-D et jumeler la recherche à la production dans le but d’accroître les exportations.

Le premier ministre a également exprimé sa vision du Québec comme pole international pour la production de batteries, l’électrification du transport collectif, ainsi que l’hydrogène vert. Il  s’agit d’une vision alignée avec la récente entente historique de plusieurs années et de plusieurs milliards de dollars conclue par la province pour exporter de l’hydroélectricité à New York, ainsi qu’avec le nombre d’entreprises québécoises considérées comme des chefs de file de l’industrie de l’électrification des véhicules.

Culture, langue et valeurs

La nécessité de transmettre à la prochaine génération un sentiment de citoyenneté partagée et de fierté sera une priorité dans les actions du gouvernement du Québec au cours de la prochaine année. Selon le premier ministre, il s’agira de :

  • Dévoiler un plan de renforcement des bâtiments patrimoniaux et des espaces publics partagés.
  • Le développement d’incitatifs touristiques à l’échelle de la province pour les Québécois.
  • Donner la priorité aux cours sur la culture québécoise et la citoyenneté québécoise.
  • Améliorer la programmation sportive et culturelle.
  • Donner la priorité au projet de loi 96 qui, parmi une série de réformes importantes des lois linguistiques, reconnaît le français comme la langue de la nation québécoise.
  • Rester ferme sur la loi sur la laïcité du gouvernement de la CAQ, connue sous le nom de projet de loi 21, qui est contestée devant les tribunaux.

Le premier ministre Legault a également parlé de la nécessité de s’attaquer au racisme, en particulier envers les communautés autochtones. Cependant, il a également mentionné que le Québec a une quantité très minime de racisme par rapport à d’autres juridictions.

La suite

Le lancement d’une nouvelle session est utile pour le premier ministre Legault et pour la CAQ à ce stade du mandat. Sur le plan de la procédure, tout projet de loi restant à l’agenda de la session précédente meurt, ce qui permet au premier ministre d’être sélectif quant aux projets à adopter en priorité au cours des prochains mois. Cela inclura très certainement le projet de loi 96, la révision de la Charte de la langue française, ainsi qu’un projet de loi qui sera probablement présenté par le ministre de la Santé, qui cherchera à relever de nombreux défis dans le système de soins de santé du Québec.

Un débat sur le discours inaugural du premier ministre débutera à la séance de l’Assemblée aujourd’hui et durera jusqu’à 25 heures au total (en plusieurs séances).

Aucun remaniement ministériel n’est prévu, ce qui signifie que les programmes et projets de loi du gouvernement seront exécutés par les mêmes ministres et équipes ministérielles qu’auparavant.

Ce que cela signifie pour vous

Le défi pour les parties prenantes sera de s’assurer que l’impact d’importants textes législatifs ayant de vastes répercussions, comme le projet de loi 96, est examiné en profondeur et que les organisations disposent des processus nécessaires pour s’adapter. Plus tôt cet automne, le gouvernement du Québec a également adopté des réformes radicales de la législation sur la protection de la vie privée, qui obligeront les organisations opérant dans la province à prendre des mesures de conformité appropriées pour le traitement des données personnelles.

Enfin, pour les intervenants du secteur de la santé en particulier, des changements majeurs sont attendus au cours des prochains mois et le premier ministre a souligné dans son discours que la coopération entre les intervenants du secteur de la santé tels que les ordres professionnels, les syndicats, les associations, etc. sera nécessaire. Il est important que les intervenants du secteur de la santé se tiennent informés de tout changement qui pourrait avoir un impact sur leurs activités au niveau provincial.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Share with social media